cover

 

Marco Nuti



AU PAYS DES MOTS
FRANCIS PONGE ET L’INAPERÇU DU RÉEL


On line da Luglio 2009


ISBN 978-88-7916-417-7 - 14,5 × 21 cm





pagg. 100 - € 20,50

La copia a stampa è acquistabile via Internet a € 17,42 Acquisto il volume
( Sconto 15%  -  Risparmio € 3,08 )

L’oeuvre de Francis Ponge (1899-1988) produit une «joie matérialiste» – un contact renouvelé avec les choses. Chercher ses mots, c’est en même temps se donner les moyens de saisir ce qui était inaperçu et de modifier les perceptions: la réalité ne se déduit plus de la réalité telle qu’elle est communément admise, mais d’une certaine pratique de la langue. La poétique de Francis Ponge est animée par la conviction que la réalité n’est pas donnée, mais qu’elle est tissée de mots, qu’elle est à connaître et à construire: le souci du poète est le réel, qu’il situe à proximité, tout en sachant et en éprouvant cette proximité comme inaccessible. Ce «souci » s’appuie sur la conscience que l’expérience du réel excède ce que Ponge appelle «les paroles» mais que ces pratiques langagières la déterminent. La tâche de l’écrivain consiste donc, en proposant de nouvelles façons de parler, à rendre perceptible ce réel et à faire oeuvre de connaissance: il s’agit de prendre en charge ce qui ne peut (encore) se dire.

Marco Nuti est titulaire d’un doctorat de l’Université de Pise et de l’Université de Strasbourg. Il a publié un essai sur l’écriture et la représentation picturale de la déviance dans la culture européenne au XXe siècle et un essai sur la réception de Cézanne chez les poètes et les philosophes français. Il s’intéresse au rapport texte-image et à la littérature française et comparée.

_________

pdf

Avant-propos

1.
Francis Ponge et la rhétorique «cloutée»


Traces humaines à bout de bras (p. 16) – La présence et la distance (p. 19) – Paroles circonstanciées (p. 23) – Créer le langage? (p. 32) – Idiome, rhétorique, circonstance (p. 39)

2.
Communication à invente
r

Lire, écrire, connaître (p. 49) – La littérature comme moyen de connaissance (p. 50) – Les dangers du symbole (p. 52) – Vérité, réalité: une science ambiguë (p. 60) – Abstraction et particularisation (p. 71)


Conclusion

Bibliographie

Index nominum